Si aucun œuf n’est identique à un autre. Moulage par injection avec les aléas de la nature. 

Peut-on apprendre à compenser les fluctuations plus efficacement et à mieux adapter aux caractéristiques des matériaux naturels les processus de moulage par injection? Est-il possible de réduire la complexité et le nombre d’ingrédients et d’additifs de composés biosourcés, et ainsi de faire progresser les processus de recyclage?

À l’occasion de la K 2019 , et en collaboration avec notre partenaire WITTMANN BATTENFELD et d’éminents instituts de recherche et universités, nous nous sommes lancé un des défis centraux que représente l’économie circulaire pour l’industrie de la plasturgie, et nous l’avons résolu en prenant comme exemple un composé biosourcé composé de seulement trois composants. Les composés à base de carburant fossile ont une grande force.

Respectant les spécifications strictes de la fabrication industrielle, ils permettent de petites variations, par exemple au niveau du MFR, de la résistance au cisaillement ou d’autres facteurs importants pour les caractéristiques de traitement. Ce n’est pas le cas avec les matériaux biosourcés. Si nous voulons, dans le moulage par injection, utiliser de plus en plus de matériaux biosourcés tout en renonçant à procéder à des modifications leur faisant perdre leurs caractéristiques naturelles, nous devons non seulement mieux compenser les fluctuations au moyen de solutions innovantes en matière de technologie de programmation et de commande, mais également utiliser ces processus afin de préserver les propriétés positives des matériaux naturels. La « preuve de concept » sera présentée « en live » lors de la K 2019 avec la production d’un produit d’emballage pour l’industrie cosmétique.

Sur une machine multicomposants, les pots cosmétiques à couvercles sont fabriqués dans un matériau entièrement à base de matériaux naturels, et dont le recyclage n’entraîne pas de perte des propriétés matérielles.

En savoir plus