Toujours en avance sur notre temps. Nous pensons Zéro depuis 1999.

Andreas Huber et Günter Buzek étudient le développement de matériaux biologiques pour le moulage industriel par injection depuis 1999. Bien qu’à l’époque, le sujet n’était pas encore au centre des préoccupations de l’industrie, de la politique et du public, des travaux intensifs avaient été consacrés à la biodégradabilité des vernis PVA, ainsi que des matériaux biodégradables et des bioplastiques à base d’amidon et de dérivés d’amidon. Cela permit de développer régulièrement des produits prêts à être lancés sur le marché, des raccords vissés PLA ou des solutions de conditionnement bios.

Dans les premiers temps, il fallait faire un choix entre efficience et efficacité. L’efficience signifie faire quelque chose bien. Mais si c’est mal fait, alors c’est vraiment très mal fait. Un pays comme la Pologne a longtemps protégé l’environnement bien mieux que l’Autriche – tout simplement par manque d’efficacité de la part de l’Autriche. Helmut Qualtinger a été pour moi l’un des plus grands penseurs du siècle dernier. Un jour, dans une blague, il a expliqué la différence entre efficacité et efficience. Voici la blague : Un homme dit à un autre : « J’ai une nouvelle moto. Elle va deux fois plus vite que l’ancienne. » L’autre homme lui répond : « Super. Où veux-tu aller ? » – « Je ne sais pas, mais j’y serai deux fois plus vite. » Cette blague illustre parfaitement l’idéologie de la croissance.

Prof. Michael Braungart

Le moment est venu de mettre en place une économie circulaire. La politique, l’industrie, le commerce et les consommateurs exigent des solutions durables.

La Commission de l’Union européenne a défini des objectifs ambitieux, qui sont progressivement transposés dans le droit national. Les consommateurs sont troublés et perturbés par les images inquiétantes des tonnes de déchets plastiques déversés dans les océans et l’estomac des baleines ou des dauphins ; les biens de consommation et les détaillants souhaitent réagir encore plus vite et mieux que les exigences politiques, et promettent des solutions durables en participant à l’accord Ellen MacArthur à partir de 2025. Si par le passé, les sujets tels que l’économie circulaire furent abordés par des visionnaires et les leaders d’opinion, ce sont aujourd’hui des questions sur l’avenir de notre économie et de la planète.

Zeroplast aidera à façonner cet avenir.

Transformez l’idée d’économie circulaire en produits.

Zeroplast est un innovateur. L’objectif est de développer des alternatives aux emballages courants actuels pour une utilisation quotidienne, et de pousser le développement jusqu’à ce qu’ils puissent être commercialisés. L’accent n’est pas exclusivement mis sur la maximisation des profits et la réduction des prix, mais sur le développement de solutions durables qui, tôt ou tard, trouveront et devront trouver leur marché. Comme une pierre que nous jetons dans l’eau, l’économie circulaire est un système de cycles de matières premières organiques et inorganiques. À l’intérieur, par exemple, des déchets internes de production, plus loin des cycles de matières premières biodégradables prélevées dans la nature, ou des flux de recyclage post-consommation avec lesquels nous développons des processus de recyclage et de valorisation, jusqu’aux projets visionnaires tels que l’utilisation de CO2 comme matière première pour le bio-plastique.